Histoire des Fidèles Compagnes de Jésus en France

'Cette petite Société 'comme aimait l'appeler Marie Madeleine Victoire, s'est développée bien au-delà de l'Europe. Pendant sa vie elle fit des implantations dans cinq pays européens et maintenant il y a des Fidèles Compagnes de Jésus en Asie, Australie, Amérique du Nord et du Sud. Mais peu importe où il y a des religieuses, les origines Françaises de la Société ne sont jamais oubliées et les travaux que nous avons commencés sont reconnus comme le modèle de toutes nos entreprises missionnaires.

 

Amiens  1820 -  la première maison.

Amiens cathedral.La première maison FCJ, la 'maison-mère de la Société' est à Amiens, très proche de la superbe cathédrale, Elle est située dans une petite rue appelée alors 'rue du Puy vert' mais aujourd'hui 'rue Dupuis'. Pendant des années, un Pensionnat y était attaché, aujourd'hui les bâtiments sont utilisés par les services sociaux d'Amiens pour accueillir des sans-abris. La statue de Ste Philomène domine toujours la chapelle au coin de la rue.

La petite maison d'origine, 'la maison-mère de la Société' est un lieu de pèlerinage. Les personnes qui la visitent et prient dans ce qui était la chambre de la Vénérable Mère, disent repartir transformées, avec des forces nouvelles pour la plus grande gloire de Dieu.

Lire davantage sur Amiens ici.

 

Nantes 1826-

Nantes.Aerial view of Nantes.Marie Madeleine Victoire était alors, pionnier dans l'éducation des jeunes filles et elle établit pour elles un Pensionnat au 18, rue de Gigant. Ce Pensionnat, comme toutes les maisons françaises a connu les tourments de l'Histoire, l'exil en 1905, les fermetures pendant les guerres successives. Pendant un temps ce fut même un collège de garçons. Aujourd'hui c'est une Ecole Elémentaire et Maternelle, les parents et les enfants apprécient leur école et leur belle chapelle restaurée il y a quelques années. Ils apprécient beaucoup aussi le parc de verdure qui les entoure en plein centre de Nantes.

Une petite communauté de religieuses FCJ réside à côté avec une Fraternité d'étudiantes, 15 rue Marie-Anne du Boccage. Dans ce cadre exceptionnel, ces étudiantes trouvent un accueil et un soutien chaleureux et le calme nécessaire pour leurs études. Les religieuses sont impliquées aussi dans le ministère paroissial, les retraites et l'accompagnement spirituel.

Voir les photos des vitraux de la chapelle ici.        Et le site: École Saint Michel ici.

 

Paris 1847 —

Room where Marie Madeleine died.La fondatrice, Marie Madeleine Victoire établit un Pensionnat et un Externat pour les jeunes filles, dans ce qui était alors 63 rue de Lourcine, 5ème arrondissement, aujourd'hui 63 rue de la Santé, 13ème La Fondatrice y installa la maison généralice et y résida les dernières années de sa vie. C'est là qu'elle décéda en 1858. La prison de la rue de la Santé n'existait pas alors.

Lisez davantage sur la maison de Paris ici.

Une petite communauté de religieuses FCJ réside dans la maison. La chambre ou la Fondatrice est décédée est un lieu de prière et de pèlerinage. A côté, l'on peut visiter un petit musée où sont réunis des objets précieux qui illustrent sa vie. ici

Voir des photos de la chambre de la Fondatrice et du petit musée ici.

École Notre Dame de France.L'école créée en 1847 s'est développée sous le nom de ! 'Groupe Scolaire Notre Dame de France', c'est un coin de paradis face à la prison actuelle.  

Lire davantage sur Notre Dame de France ici.

Fraternité FCJ 91, rue Falguière Paris 15ème

Nous avons créé il y a quelques années une petite Fraternité d'étudiantes qui viennent de toutes les régions de France et qui trouvent là, un lieu propice à leurs études et une ambiance familiale réconfortante et sécurisante. Ces étudiantes apprécient l'attention personnelle, le soutien spirituel, la vie en groupe, l'amitié, qui créent des liens forts et laissent des marques indélébiles dans leur vie.


D'autres implantations en France

Marie Madeleine implanta d'autres établissements scolaires en France. Pour diverses raisons certains furent fermés de son vivant, d'autres le furent plus tard. Un petit rappel historique 'En 1904, le gouvernement radical-socialiste d'Emile Combes, très hostile à l'Eglise catholique, a fait interdire, en France toutes les congrégations religieuses enseignantes, même celles qui avaient été légalement reconnues auparavant. Comme tous leurs compatriotes religieux et religieuses, les Fidèles Compagnes de Jésus françaises ont donc été obligées de quitter la France, elles se sont réfugiées en Belgique, en Suisse et dans les îles anglo-normandes où elles ont ouvert d'autres écoles. En 1921 la reprise des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège (rompues en 1904) a entrainé une certaine détente ; les congrégations religieuses ont été dorénavant officieusement tolérées, avant d'être à nouveau légalement autorisée par le gouvernement de Vichy en 1941-42-autorisation confirmée par ordonnances, à la Libération, par le gouvernement du Général de Gaulle.' (Michel Schepers ' Marie Madeleine Victoire de Bonnault d'Houët' p.63)

En reconnaissance au travail apostolique de la Fondatrice Marie Madeleine Victoire de Bonnault d'Houët et des nombreuses Fidèles Compagnes de Jésus qui ont vécu et œuvré dans ces lieux, nous en citons quelques uns.

Châteauroux 1823—1838,
Ste Anne d’Auray, Morbihan 1826—1929
Langres 1829—1838
Bourges 1835—1838 ; 1859—1903
Menotey, Sainte Claude 1838—1850
Nice 1839 - 1904
Camon (orphelinat) 1845—1945
Gentilly, Paris (orphelinat) 1849—1908
Rueil, Paris 1868—1903
Guérande, Loire Atlantique, 1875 - 1903
Henriville, Amiens, 1885—1905

Ste Anne d’Auray, Morbihan 1826—1929

Windows at Ste.-Anne d'Auray.Sainte-Anne près d'Auray est situé dans le Morbihan en Bretagne. Ce fut longtemps un pèlerinage très populaire des Bretons à la bonne Mère Ste Anne ! D'ailleurs, Ste Anne est toujours un dynamique centre de prière et de pèlerinages. La fondatrice voulait que sa Société s'investisse dans les retraites spirituelles et Ste Anne était un lieu de choix pour ce ministère. Ici, avec le soutien des Jésuites, elle établit un centre spirituel pour les retraites et en conséquence y développa un noviciat et plus tard une maison généralice. A cause de cette histoire un peu unique en son genre, nous mentionnons quelques détails de cette implantation.

A cause de son histoire spécifique unique, nous donnons davantage de détails de cette fondation ici.