Histoire de la Société FCJ en Roumanie

Photos of Churches in Romania

Crucifix honouring the heroes of the revolution.Après la chute du Mur de Berlin, dû au fait que la guerre froide a fondu comme la glace, plusieurs congrégations religieuses, incluant la nôtre, se sont tournées vers l'Est de l'Europe afin d'explorer les possibilités de ministère.

En 1992-93, deux sœurs ont été envoyées vers différents pays de l'ex-block communiste pour voir comment notre congrégation pourrait répondre aux besoins de l'Eglise locale. En Janvier 1994, comme résultat de notre recherche, trois sœurs ont été missionnées en Roumanie – deux à Galaţi et une à Bucarest.

Commes Sœurs FCJ nous voyons notre rôle comme un support et un encouragement au peuple roumain, en particulier auprès des jeunes. C'est principalement à travers l'éducation, à la fois formelle et informelle, que nous apportons le support et l'encouragement.

Notre communauté de Galaţi a toujours travaillé en étroite collaboration avec les prêtres Franciscains à la Paroisse St Jean Baptiste, apportant son support aux familles pauvres et enseignant la catéchèse. Dans les premiers temps, nos sœurs ont aussi soigné de petits enfants dans un orphelinat géré par l'état, et avaient été impliquées à l'Université. Dans la vie de ces sœurs notre charisme de compagnonnage en amour, compassion et confiance est devenu vivant.

First FCJs in Romania.

Prayer space in the Spirituality Centre.Entre temps, quelques sœurs du groupe initial ont été appelées pour d’autres ministères dans d’autres pays, pendant que d’autres sont venues travailler en Roumanie. À Bucarest nous avions deux communautés. Une de celles-ci offrait le logement pour des étudiants intéressés par un programme de développement de la foi. Un des premiers ministères incluait des programmes de langue anglaise à l'Ecole Catho-lique des Infirmières, à l'Institut Catholique Ste Thérèse et à l'Ecole Secondaire Catholique.

Puis en 2001, we opened a smal lnous avons ouvert un petit Centre de Spiritualité Groups at the FCJ Centre.à Bucarest où nous rencontrions de nombreuses personnes posant des questions importantes à propos de la vie et son sens. Le dialogue Inter Religieux a été l'un des thèmes et les membres des différentes églises ont été invités à y participer.

Le travail du Centre à Bucarest continue, trouvant différents chemins d'échange pour notre spiritualité Ignacienne..

… Un groupe de prière Ignacienne a été formé, se réunissant une ou deux fois par mois à notre Centre, fréquenté par un petit nombre de femmes qui étaient à la recherche de nouveaux chemins de prière pour leur vie quotidienne…

Nous donnions des présentations à des personnes intéressées à la fois à Bucarest et à Galaţi, utilisant le logiciel PowerPoint, offrant aux personnes un autre chemin de méditation des Evangiles et approfondissant la prière. Les Thèmes suivaient l’année Liturgique, ex. l’Epiphanie, la Pentecôte ou la Vocation, la Réconciliation et aussi Johannique Je suis déclaration de Jésus, Je suis le vigne, Je suis la lumière du monde, Je suis la porte, Je suis le chemin, la vérité et la vie…

Views of Bucharest and Galati.

En 2008 après quelques années sans que nous n’ayons de Sœurs résidentes à Galaţi, deux sœurs FCJ ont été missionnées là à la rue Nicolas Balcescu, pas très loin de l’église Catholique. Il y a une petite communauté à la Rue Monetariei, à Bucarest.

Enseignant la catéchèse à la paroisse, tendant la main aux personnes âgées et aux familles en difficulté, enseignant l’anglais, travaillant avec les enfants venant de foyer défavorisés et parfois ayant été abusés, ainsi que de faciliter sur plusieurs années les cours d’Intégration de Foi et Vie offerts aux groupes de jeunes par l’Institut Craighead… Ce ne sont que quelques-unes des  nombreuses opportunités que nous avons de vivre le compagnonnage d’amour, de compassion et de confiance.

Certaines personnes qui résonnent avec notre spiritualité FCJ, se sont maintenant présentées pour être plus étroitement associées avec nous, comme Compagnons en Mission, partageant le charisme de Marie Madeleine et choisissant de le vivre en collaboration avec nous partout où c’est possible.