Section tiltle text: Our Mission.

Récits de Ministères

Nous sommes toujours envoyées en mission. La façon dont nous vivons notre ministère varie suivant le temps, les circonstances, nos dons particuliers et nos possibilités.

Les FCJ ci-dessous veulent partager avec vous comment elles exercent leurs ministères.

Fransisca Arti Setiati
Elizabeth Brown
Margaret O'Donohue
Eileen Foley
MaryAnne Francalanza
Marguerite Goddard
Francis Gough and Stanislaus Cowper
Madeleine Gregg
Bonnie Moser
Afra Primadiana
Veronika Schreiner
Paola Terroni
Joanna Walsh

Rainbow gradient divider.

 

Une expérience qui m’a rempli de vie et de défis !                     Fransisca Arti Setiati, fcJ

De vivre comme fidèle compagne de Jésus a été une expérience qui m’a rempli de vie et de défis. J’ai renouvelé mes vœux temporaires en 2006 pour trois ans et j’ai eu l’occasion de changer du ministère d’enseignement à l’Université Jésuite de Sanata Dharma à Yogyakarta pour étudier la Théologie à Yarra Theological Union (YTU)à Melbourne en Australie où j’ai pris contact avec beaucoup de gens de cultures différentes de la mienne.

Photos of Sisca and others.

Sisca with a friend.Le compagnonnage en partageant différentes cultures.

J’ai trouvé que ma vie de compagne s’approfondissait en allant dans un autre pays par le compagnonnage avec les étudiants et le personnel de l’Institut de Théologie. D’abord j’ai suivi un cours d’été sur les diverses cultures à Sydney où j’ai appris les problèmes inhérents à ces cultures mélangées et je me suis fais des amis qui vivaient les mêmes expériences et avec quelques uns nous sommes restés en contact. C’est une joie de connaitre leurs cultures et de pouvoir partager avec eux ma culture indonésienne. Cela me donne l’occasion de faire l’expérience des valeurs évangéliques de tolérance, de dialogue et de réconciliation. Cette vie de compagnonnage me fait croître dans ma sensibilité, la connaissance, la compréhension des autres et de leur culture.

Dinner with the FCJ community.Le compagnonnage dans l’hospitalité.

Arriver dans un nouveau pays où la langue parlée n’est pas votre langue maternelle, peut vous faire vivre l’agonie ! L’anglais est ma troisième langue après le javanais et l’indonésien. Je ressens l’appel à être sensible et à accompagner les étudiants que je côtoie, spécialement ceux dont l’anglais n’est pas la langue maternelle et de les aider à se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls.

C’est aussi un acte de compagnonnage de créer une atmosphère accueillante et d’offrir  l’hospitalité. Notre communauté FCJ où je vis offre l’hébergement à de jeunes femmes. Nous avons aussi le plaisir d’avoir la compagnie d’amis qui viennent partager notre prière et nos repas.

FCJ Community with Sisca and guests.Le compagnonnage dans le partage spirituel.

Tout en étudiant, je suis aussi partie prenante de la Communauté Catholique Indonésienne à Melbourne, spécialement avec les étudiants indonésiens. Je chemine avec eux et les accompagne. Ils viennent dans notre communauté FCJ chaque mois pour prier et partager avec nous.

Le compagnonnage avec Jésus.

Comme Fidèle Compagne de Jésus, je construis ma relation à Jésus dans la prière et je proclame la mission de Jésus comme étant la mienne. Je suis une femme en mission et je réponds au « j’ai soif » de Jésus en étant prête à être envoyée en mission. Après avoir terminé mes études à Melbourne, j’ai reçu une nouvelle mission à Myanmar (Birmanie) pour aller y établir une communauté avec deux autres FCJ, une Irlandaise et une autre Indonésienne. Cela a été pour moi une joie de pouvoir partager notre charisme de Fidèles Compagnes de Jésus avec ceux qui cheminent avec moi et de réaliser que de le vivre aujourd’hui avec intégrité et avec pertinence est un défi. Quel privilège, mais aussi quelle responsabilité !

Photo of Sisca, her community and guests at a Eucharistic celebration.

Rainbow gradient divider.

 

Life is full of surprises                                                                              Elizabeth Brown, fcJ

Photo of Elizabeth Brown.Isn’t it strange? Today I find myself in a completely different world to the classroom. I’ve moved on from teaching little ones to walking with the elderly. My name is Elizabeth Brown and I’ve been a faithful companion of Jesus since 1984. I live and work in Melbourne, Australia.

Over the last 5 years I’ve been connected in some way with those who are no longer able to look after themselves. I’ve worked as a Home Care worker for one of our local city councils whilst at the same time studying at University. I chose a Course called “Community Services: Lifestyle and Leisure”. This Course has entitled me to work in Nursing Homes as a Diversional Therapist. Quite a career change from the classroom where I taught multicultural children for 25 years.

Now you may ask, “What is a Diversional Therapist?” As a Diversional Therapist I work with the frail and elderly. I provide them with activities that help to keep them interested in life and motivated to come out of their rooms during the day. That is the main job description of a Diversional Therapist. In actual fact I believe there is more to my job.

I add another dimension to this role as a faithful companion of Jesus. I offer them a smile which breaks any language barrier or physical disability. This I truly believe thus enables me to bring Jesus into their world. I work in a 170 bed nursing home. All of the residents are high care with the majority of them suffering from some from of Dementia. They come from many faiths but the majority are Jewish. Our building is five storeys high so we travel many miles during the day. My shift is from 9:30am to 5pm. As soon as I step onto Level 4, which is my responsibility, I don’t stop!

So take a walk with me now along the corridors of Level 4 and see how a nun walks alongside people of different beliefs. The personal carers are busy with their trolleys seeing to the bathing and grooming of the 38 residents on our floor. I give out the early morning newspapers. I turn towards the North End and go into Fred’s room. He is an interesting person. He lost all his family in the Holocaust. I asked him one day how did he survive? He wanted to be an engineer so he asked his Polish mother if she would give him her blessing, so that he could go to Palestine to study. She didn’t want to but she let him go. Fred never saw his family again. His parents and siblings were lost in the gas chambers. Fred and I get on really well. I open his door and there he is sitting in his chair, contemplating life. He often says to me, “ Isn’t it strange we get on with each other? You believe in your God and I don’t believe in any God. So why is it that we get on? It’s because we allow each other to live their life and we respect each other.” Fred then invites me to stay awhile and listen to him. When I leave he is sad but he understands I must move on to the other residents.

Next door I drop off the newspaper to Mamie. This lovely person comes to us from Scotland. She is amazing in that her whole day is taken up with reading the Newspaper. Poor Mamie has lost her present memory but her past is all intact. Mamie refuses to come out of her room. No amount of encouragment will entice her to move. Her secret to living is to have “a wee drop of sherry” everyday as this is how she managed her beloved Nursing job for 35 years when she worked for a famous doctor who never began the day without the “wee drop of sherry!”

My friend around the corner is Jewish and has no family back home in Austria; she has Parkinson’s Disease. Her husband also had this illness and died here 5 years ago. As the days go by you can see her body deteriorating little by little. Carmel comes to all the activities. She is totally dependent on all of us as she is confined to her wheelchair. Her zest for life keeps her going.

Dear old Alfred is next. About a month ago he lost his beloved wife from cancerous tumors in the brain. She was his world. I’ve been able to enter into his saddened heart through football. He himself is also suffering from cancer. He is what we call “ A Fair Dinkum Aussie”. He has been a real battler in his life. I often sit on his bed and ask him, “How are you Alf? He replies, “I’m okay.” So then I say, “But how are you really?” “You can’t believe how lonely I feel without my Dolores.” His eyes tell the true story as they fill up with tears. I’ll often find him in his automatic wheelchair going into the lift to venture outside for some fresh air.

Some of my next rooms provide a home for more Holocaust survivors. Their bodies are quite contorted and I often stand beside their beds wondering what stories their lives hold, that will never be revealed. Some of them no longer can communicate nor even feed themselves. All I can offer them is my loving presence. Towards the end of this wing stands an empty room. I know from past experience it won’t remain empty for long. The former resident who occupied this room died three weeks ago. It feels strange to see the room empty with Lily not being there anymore. Lily came to us very angry. She wanted to maintain her own independence. It took several months of quiet encouragement to coax her out of her room. At one stage she was going to take her life. Eventually Lily warmed to me and we became best of friends. Lily would always be found waiting at the lift for my arrival each morning wondering what the day ahead was going to be like. She secretly told me often that she wakes up feeling sad knowing that she was still alive. So I made her days enjoyable, with lots of fun. Lily eventually was granted her wish as she was riddled with cancer. I had the privilege of being with her before she died to say thanks to her for our friendship and to know God took her gently to His heavenly home.

I began this article with the line, “Isn’t it amazing?” This line sums up my darling old Joan who comes from a strong Catholic faith background in Scotland. Joan can’t understand that in every room she enters, there is a picture of her dear old mum. Joan will often say to me, “ I can’t understand it. Mum is here in all of the rooms.” I try and tell her that her mum is looking after her once again. Joan has no present memory so she often wants to go home to Glasgow. She knows the number of the bus but realises she hasn’t got the money. I stay with her and comfort her until she settles. She loves my badge and tells me that she knows what I am and that I must be a good person. Her face lights up when I enter the room as I seem to remind her of someone from her past. I don’t disappoint her as I try to enter her world.

All this happens at the beginning of my day before I’ve begun the activities for the morning. So as you can see, my job involves personal contact, one to one interactions, a listening heart and most of all patience. I feel the residents give me so much as they place their trust in me. It is like walking on the road to Emmaus, not fully realising that God is in our midst. Yet I know that God is in each and everyone of these lovely people who are entering their final journey of life. They have taught me that we all have a story to tell. Let us cherish what we can each offer each other. This job allows me to be truly a faithful companion of Jesus.

Rainbow gradient divider.

 

Vivre le compagnonnage à Yogyakarta en Indonésie                   Margaret O'Donohue, fcJ

Notre Engagement à la suite de notre dernier C.G. nous invite
à vivre notre identité de Fidèles Compagnes de Jésus avec enthousiasme.
Nous reconnaissons la place centrale du COMPAGNONNAGE dans nos vies
                   et nous reconnaissons le besoin vital d’en témoigner dans le monde d’aujourd’hui.

Voici de quelles façons j’essaie de vivre cet engagement du C.G. dans mon ministère ici à Yogyakarta:

Le compagnonnage avec Jésus - passer du temps personnel et communautaire avec Jésus dans la prière chaque jour. Réfléchir sur sa vie et essayer de l’imiter en toutes choses.

Le compagnonnage avec mes consoeurs en communauté - Nous sommes cinq en communauté, trois religieuses de vœux temporaires et une postulante. Chacune de nous essayons de vivre notre charisme FCJ d’une façon différente suivant nos dons. En vivant le compagnonnage avec les unes les autres en communauté nous sommes alors capables de le partager avec nos camarades de classe, nos collègues et les gens que nous rencontrons au travail chaque jour.

L’accompagnement de nos consoeurs en formation. Je les accompagne en partageant avec elles notre spiritualité et notre identité FCJ, en réfléchissant sur la vie de Marie Madeleine et les premières compagnes, en accompagnant chaque religieuse personnellement, en l’écoutant, la soutenant, l’encourageant, partageant ses joies et ses peines, ses espoirs et ses rêves, en étant vraiment une compagne sur son chemin de foi.

L’accompagnement des étudiants  à travers les conversations en anglais. Ce faisant je suis dans une situation privilégiée pour les écouter lorsqu’ils partagent leurs problèmes, leurs combats et leurs difficultés.

L’accompagnement de la communauté plus vaste. En partageant l’Eucharistie avec les paroissiens de notre paroisse, en saluant et souriant aux gens que je rencontre sur la route chaque jour. Comme la majorité de nos voisins est musulmane, nous avons vraiment l’occasion de construire des relations entre les musulmans et les chrétiens.

Photos of Margaret.

Rainbow gradient divider.

 

Thérapie familiale                                                                                    Eileen Foley, fcJ

Je suis thérapeute familiale et je travaille dans le secteur de l’éducation dans trois écoles différentes, deux écoles primaires et une école post primaire J’ai enseigné plusieurs années dans une école post primaire ce qui a été pour moi un avantage dans ce travail.

Je rencontre des gens dans des contextes différents, des élèves, des parents, des tuteurs, des parents et des élèves ensemble, et d’autres personnes professionnelles et sociales en relation avec les élèves et leurs familles.

J’essaie de donner confiance à ceux que je rencontre pour améliorer leurs relations avec eux-mêmes, avec les membres de leur famille, avec les camarades de classe et le personnel d’une manière plus agréable, ainsi j’aborde mon travail de façon systémique.

Je reçois quelques élèves qui me sont envoyés par le système éducatif parce qu’ils présentent un comportement qui nécessite une intervention thérapeutique. Je reçois d’autres élèves et leurs familles qui le demandent.

La thérapie familiale est un terme très vaste pour plusieurs méthodes de travail avec les familles qui ont des difficultés biopsychosociales. Elle essaie d’éviter la tendance des pathologies individuelles ou de répartir les responsabilités, en voyant l’élève dans son contexte, c'est-à-dire les deux systèmes qui ont une influence sur la vie de l’élève- la famille et l’école. La thérapie familiale essaie de mettre ces deux systèmes ensemble dans une relation interactive comme un moyen thérapeutique pour traiter les difficultés.

Quelques thérapeutes familiaux se fixent sur le rôle de la famille la prédisposant à développer des problèmes, d’autres thérapeutes se fixent sur le rôle de la famille entretenant le problème, mais tous les thérapeutes familiaux mettent au premier plan le rôle de la famille pour la solution du problème.

La famille nucléaire a subi des changements progressifs de son modèle et de son style de vie ces dernières années. Des enfants et des adolescents se trouvent dans une situation de ’famille mélangée’ ayant à négocier leurs relations avec un nouveau personnage adulte, de nouveaux enfants et en même temps renégocier leurs relations avec un parent absent.

La juste confidence est sauvegardée et assurée. Alors que j’offre un lieu sûr et le contexte pour que chacun fait face à ses propres problèmes, j’essaie d’encourager des rencontres entre les deux parties, c’est un effort pour comprendre et souvent être informée par l’une et l’autre partie !

Mon travail m’incite à rencontrer des familles dans leurs difficultés et des jeunes en particulier. Ecouter leurs frustrations, entendre leurs peines, heureusement sans étiquette ou reproche, peut souvent apporter une solution possible à leur vie perturbée.

Alors que, Dieu merci, je n’emporte pas les ‘problèmes’ avec moi, je porte toutes ces personnes dans mon cœur.

Photos of Eileen.

Rainbow gradient divider.

 

Tous sont les bienvenus!                                                                         MaryAnne Francalanza, fcJ

Photo of MaryAnne.J’ai un chant favori qui dit :

Construisons une maison où les mains atteindront
plus loin que le bois et la pierre,
pour guérir et renforcer, servir et enseigner,
et vivre le Verbe qu’elles ont connu.
Ici le marginal et l’étranger
sont à l’image du visage de Dieu;
Mettons fin à la peur et au danger :
Tous sont les bienvenus, tous sont les bienvenus,
tous sont les bienvenus dans ce lieu.

Ce thème est devenu un peu un air dans la communauté où je vis. J’habite dans une petite communauté de FCJ qui accueille des jeunes qui viennent vivre avec nous et faire l’expérience de la vie de communauté. C’est très dynamisant pour nous et les jeunes qui sont venues partager notre vie ont souvent dit combien elles avaient fait l’expérience d’une croissance personnelle et spirituelle.

C’est toujours très excitant… et une grande responsabilité aussi, lorsqu’une nouvelle jeune personne vient vivre avec nous. Quelques unes viennent pour une semaine, d’autres viennent pour quelques mois, et quelques unes sont venues faire une expérience d’une année. Nous accompagnons ces jeunes personnes qui rendent service aux gens du quartier par des activités variées et volontaires et aussi alors qu’elles réfléchissent sur leur relation avec Jésus.

J’ai un double ministère.

Dans la journée, j’enseigne à Bellerive Collège Catholique FCJ à Liverpool. J’enseigne les Mathématiques (hum… souvent la conversation s’arrête!) mais j’aime cette discipline, cela me fascine continuellement et les enfants à qui j’enseigne entretiennent mon sourire et mes devinettes.

Le soir et les fins de semaine je travaille avec de jeunes adultes, organisant des retraites, des jours de désert, des pèlerinages et je trouve des moyens pour partager le compagnonnage à l’aumônerie catholique de Liverpool.

Photos of MaryAnne in her apostolate.

Dans mes moments libres je chante! Je fais partie de la chorale galloise de Liverpool et une fois par semaine nous nous exerçons pendant deux heures. C’est une grande technique pour se déstresser.

Ma vie telle quelle est variée et Dieu me surprend continuellement par de nouveaux défis. J’espère pouvoir répondre fidèlement à ce monde toujours changeant d’enfants et de jeunes adultes… et j’espère être capable d’être les mains, les pieds, le sourire du Christ à tous ceux que je rencontre.

Rainbow gradient divider.

 

Me voici Seigneur, vous m’avez appelée!                                                 Marguerite Goddard, fcJ

Photos of Marguerite in Salta with children playing in flood waters.

Marguerite Goddard fcJ.Me voici Seigneur, vous m’avez appelé! the boy Samuel—Dans le récit de 1 Sam:1 Samuel répond lorsqu’il entend son nom, pensant que c’est Elie le prêtre âgé, dont il s’occupe dans le temple de Dieu qui l’a appelé et plus tard, il comprend que c’est Dieu qui l’appelle.

Lorsque je regarde ma vie passée depuis ma position avantageuse actuelle de 68 ans sur le chemin, je réfléchis qu’on peut la considérer comme une série de moments de reconnaissance.

Je n’ai pas encore rencontré Dieu face à face et parfois je me demande si ma vie n’est pas une pure hypocrisie alors que je deviens si absorbée dans les tâches quotidiennes à faire des choses, que parfois je semble perdre de vue la présence de Dieu. Néanmoins les moments d’oubli sont bien dépassés par la permanence de cette Présence en moi.

Lorsque j’avais treize ans, j’ai fait l’expérience de la présence de Dieu comme une lumière dans ce qui semblait être l’obscurité totale. Je ne peux pas l’expliquer, c’était si profond que je ne puis jamais le nier. Depuis lors, j’ai su que l’amour est le sens de la vie. J’ai dû trouver comment vivre l’amour dans ma vie personnelle.

J’ai éventuellement demandé d’entrer dans la Société des Fidèles Compagnes de Jésus parce que je voulais vivre l’idéal du compagnonnage avec Jésus qui dans sa vie humaine exprima la plénitude de l’amour. Aussi parce que ce que je connaissais des FCJ me montrait qu’elles vivaient leur appel à être missionnaires – des personnes qui partageaient l’amour qu’elles avaient trouvé avec tous ceux qu’elles rencontraient.

Je savais que ce que je pourrais offrir comme Chrétien pour changer notre monde de la misère au bonheur serait bien peu si j’étais seule, mais que dans un groupe, une communauté, une congrégation qui vivaient de façon authentique, cette possibilité serait décuplée. Pour cette raison, j’étais d’accord pour donner mon indépendance et vivre dans l’obéissance.

Cette vocation est un appel qui est inhabituel ; Ce qui implique de laisser de côté d’autres possibilités, spécialement la belle vocation de l’amour conjugal et la famille. Je croyais que c’était mon appel. Lorsque je fus introduite, dans les premiers jours de ma vie avec les FCJ, aux Exercices de St Ignace… 30 jours de prière et de silence, je n’avais aucun doute que ceci devait être ma vie. Tout semblait se joindre ensemble.

Depuis, beaucoup d’eau a passé sous le pont. J’ai eu des difficultés de toutes sortes mais je n’ai jamais douté que c’est là où je veux être et devrais être.

Depuis 18 ans je vis en Amérique du Sud, en Bolivie et en Argentine. Jusqu’alors je vivais en Europe où je me sentais autant missionnaire que je me sens missionnaire ici en Amérique du Sud.

Je suis convaincue que ce n’est pas où nous vivons mais comment nous vivons qui fait une différence à notre monde à notre planète. J‘ai été et suis une religieuse très heureuse. Le jour de mes vœux j’avais 21 ans une religieuse plus âgée me dit : vous pensez qu’aujourd’hui vous êtes heureuse, mais vous ne connaissez pas encore l’extase de la vie religieuse ! Je me suis souvenue de ses paroles mais ne les ai pas comprises à l’époque. Elles étaient très sages et vraies.

Lorsque nous apprenons à vivre en dehors de notre égoïsme humain, Dieu prend le dessus et tout est transformé en joie, et malgré les souffrances que l’on rencontre. C’est mon expérience. C’est ce que j’ai appris des gens avec qui je vis… mes compagnes dans la Société FCJ et la communauté plus grande des femmes, des hommes, des jeunes gens, des enfants qui m’inspirent continuellement, mettent ma foi au défi et avec qui je marche chaque jour.

Photos of flood in Salta showing truck stranded in a hole in the road.

Rainbow gradient divider.

Le service avec une différence… une histoire de deux tricoteuses de filet !
                                                                     Francis Gough, fcJ and Stanislaus Cowper, fcJ

Sr. Francis Gough, fcJ.Francis écrit: Bien que ma mère fut une tricoteuse excellente je n’ai pas suivi ses traces. Il n’y a que deux ans, lorsque j’ai quitté un lieu pour un autre et que je ressentais une grande perte d’amis que j’ai commencé à tricoter. Je pensais m’asseoir dans une salle et ne rien faire lorsque ma meilleure amie qui a chaque semaine un groupe de tricoteuses, me donna deux aiguilles et je commençais à tricoter un châle de prière. On me montra les différents points de tricot le point de jersey et le point de riz. Lorsque j’ai eu fini deux châles de prière, on m’a donné le modèle de ces poupées.

En 1990, un soldat en fonction en Croatie écrivit à sa mère de lui envoyer des petits jouets qu’il pourrait mettre dans sa poche et donner à des enfants. Elle commença à tricoter de petites poupées pour son fils dont le diminutif était Izzy, pour qu’il puisse les donner aux enfants. Son fils fut tué et les soldats lui écrivirent pour lui demander de continuer les poupées et qu’ils donneraient en souvenir d’Izzy.

Un autre homme qui voyageait en Afrique, alla à l’orphelinat de Bondo qui s’occupait de 1000 orphelins. L’orphelinat est dirigé par la Croix I une ONG irlandaise avec des branches au Canada, Angleterre et Tanzanie.

A partir de cette rencontre un homme commença à ramasser des médicaments pour l’outremer aussi des équipements médicaux pour l’Afrique. Ces poupées furent utilisées à rembourrer les colis. Les poupées furent données aux enfants, pour beaucoup d’entre eux, ce cadeau était la seule chose qu’un enfant possédait. Ces poupées apportèrent de la joie et du bien être à ces enfants. Beaucoup de ces enfants sont morts et les poupées ont été enterrées avec eux.

Notre groupe de tricoteuses entreprit de faire de ces poupées un projet spécial pour l’Afrique et nous avons fait aussi des petits gilets pour les enfants en Bolivie. A la fin de la soirée de tricot, nous disons une prière spéciale avec une bénédiction pour les tricots terminés. Je suis heureuse d’aider et de faire partie de ce groupe de tricoteuses et de savoir que nos poupées sont une grande source de joie et de bien-être pour beaucoup d’enfants démunis.

Knitted dolls for Africa.

Sr. Stanislaus Cowper, fcJ.Lorsque Claire Sykes fcJ est venue à la maison du Sacré-Cœur à Calgary, elle vit que Francis avait tricoté des poupées pour l’Afrique depuis plusieurs mois. Claire demanda une copie du modèle et le donna à S. Stanislaus Cooper fcJ qui est retraitée dans la communauté de Redriff à Broadstairs. (Télécharger le modèle ici.) 

S. Stan est une grande tricoteuse (les crèches tricotées sont une de ses spécialités.) et maintenant les poupées pour l’Afrique sont une autre spécialité. Stan utilise les bouts de laine pour les poupées et mélange artistiquement les couleurs. Jusqu’à ce jour, Stan a fait 220 poupées qui ont été envoyées dans divers endroits en Afrique. Différents amis de Stella Maris ont divers contacts et par leur intermédiaire les poupées ont été envoyées de Thanet Kent dans différents pays d’Afrique. Quelques poupées sont parties au Kenya, d’autres au Mozambique et d’autres au Cameroun.

 

Rainbow gradient divider.

 

Comment je vis notre charisme de compagnonnage ...                                        Madeleine Gregg, fcJ

Comment est-ce que je vis notre charisme de compagnonnage comme Fidèle Compagne de Jésus ? Je peux répondre à cette question à différents niveaux. Madeleine in front of the College of Education.many levels. 

Apparemment, je suis universitaire, j’enseigne au Collège d’Education de l’Université de l’Alabama à Tuscaloosa. Comme mes collègues, j’enseigne aux étudiants de licence, de maitrise et de doctorat, dans la section d’Education spéciale et de Programmes de compétences multiples. Je fais de la recherche et de la publication. Je fais partie de commissions. Je suis directrice du Programme des compétences multiples, un domaine préparatoire au programme de licence qui prépare les professeurs des écoles pour les écoles publiques. Je visite les écoles locales et enseigne la pédagogie je rencontre les enseignants et offre différentes sortes de service. Du point de vue de l’Université, c’est mon travail, de mon point de vue, c’est le privilège et le contexte de base de mon ministère comme Fidèle Compagne de Jésus.

Je vis pleinement en Fidèle Compagne de Jésus engagée dans le ministère universitaire au niveau éducation ce qui veut dire que les idées des FCJ, leurs systèmes et attitudes sont mélangées aux idées, systèmes et attitudes universitaires. Ces deux sources de vie s’entrecroisent, ma vie universitaire est colorée par ma vie FCJ et vice versa.

Les relations sont au centre de mon ministère, comme elles sont au centre de la mission qui a été confiée à l’Eglise. Ayant à faire avec des étudiants, le personnel et les collègues, cela me permet un espace sans limite pour vivre le charisme du compagnonnage. Pour moi, une partie de la signification de ce charisme veut dire accompagner les gens de telle sorte qu’ils aient le courage et la confiance dont ils ont besoin pour avancer d’un pas dans leur développement humain. Cela peut être un pas de plus dans la foi ou dans leur vie d’éducateur, dans leurs relations, ou dans leur prière. Mon travail consiste à confirmer leurs inspirations et à les encourager à risquer d’aller vers quelque chose de nouveau, et qu’ils puissent devenir une nouvelle façon d’être eux-mêmes !

Construire des relations et leur être fidèle demande une certaine disponibilité, laquelle, en retour est une invitation au sacrifice. Je peux faire face à un temps fixé pour accorder des autorisations, ou à un énorme paquet de papiers ou projets à évaluer, un mémoire à lire, ou un cours à préparer, mais quelqu’un téléphone ou arrive dans mon bureau et a besoin d’un cœur aimable, d’une oreille attentive, d’un mot d’encouragement ou d’un conseil. Les accepter comme un don, en croyant que ‘TOUT EST DON’ peu importe ce que cela semble être, cela veut dire mettre de côté ‘mon’ travail et me rendre disponible pour le travail du Seigneur.

Je vis aussi notre charisme de compagnonnage en participant à la messe Presque chaque jour de la semaine. Quelque fois je suis en visite d’écoles ou il est prévu que je donne un cours pendant l’heure du déjeuner ou j’ai une autre obligation à l’Université qui m’empêche de participer à une messe, mais autant que faire se peut, je participe à l’Eucharistie à St François notre paroisse et le Centre Catholique de l’Université. Compagnonnage avec Jésus et avec les gens de la paroisse par la célébration de l’Eucharistie est important pour moi Fidèle Compagne de Jésus.

Le soir, diverses activités m’offrent la possibilité de vivre notre charisme avec enthousiasme et joie. Le lundi je travaille avec nos candidates ‘Compagnes et compagnons en mission’ qui sont en formation pendant deux heures après le dîner. Le mardi je vais à la messe des étudiants à St François, partageant avec eux en contribuant à l’homélie, en restant dîner et en ayant des conversations spirituelles avec eux. Le mercredi, un petit groupe de femmes nous rejoint le soir pour dîner et prier avec nous. Le jeudi, je participe au groupe RCIA (Rite d’Initiation Chrétienne pour Adultes) à St François et je fais partie de l’équipe qui guide la formation de personnes qui veulent entrer pleinement dans l’Eglise Catholique.

Picture of Madeleine with small child.Une fois par mois, le dimanche après-midi, je rencontre avec joie nos ‘Compagnes et compagnons en mission’ pour un temps de prière et un partage spirituel. Deux d’entre eux sont partis de Tuscaloosa et ils participent à la réunion par téléphone, ce qui ajoute un défi certain pour l’animation du groupe !

S. Madeleine avec une jeune amie de cinq ans Sloane Donovan
qui vient chez les FCJ avec sa mère le dimanche matin après la messe
pour un thé et une leçon de piano.
Carol Donovan est une collègue et enseigne avec S. Madeleine dans
le Programme de Compétences Multiples à l’Université d’Alabama.

Je donne aussi des jours de retraite aux enseignants de l’Enseignement Catholique et de temps en temps aux Compagnes et Compagnons en Mission et aux jeunes femmes qui discernent leur choix de vie. Quelque fois j’offre une’ retraite dans la vie’ à laquelle participent surtout des paroissiens de St François. Le travail que je fais en préparant une retraite ou une session pour les Compagnes en Mission qui sont en formation ou la Formation chrétienne initiale me donne le privilège de retravailler les points fondamentaux du Catholicisme, le charisme des Fidèles Compagnes de Jésus, la vie communautaire, la spiritualité à la lumière de ma compréhension actuelle, de ma disposition, et de ce qui m’intéresse. Ainsi mon ministère aide ma formation continue personnelle. La formation me rend davantage capable et davantage prête à aider, plus disponible, plus forte. C’est le ‘magis’ en action plutôt que le désire seulement. J’ai confiance que les années à venir me transformeront et me dynamiseront comme ma vie de Fidèle Compagne de Jésus l’a fait jusqu’à ce jour.

Rainbow gradient divider.

 

Ministère au Collège Saint Joseph de l’Université de l’Alberta, et au-delà ...  Bonnie Moser, fcJ

Le Collège St Joseph est le Collège Catholique de l’Université de l’Alberta, y sont inscrits 35000 étudiants. Le Collège est situé géographiquement près du centre du campus où la stimulation intellectuelle d’une grande université et l’intégration possible de la pensée et de la vie catholique donnent une signification unique au Collège. Propriété de l’Archidiocèse d’Edmonton, Le Collège St Joseph est dirigé par les Pères Basiliens.

Pictures of Bonnie at St. Joseph's College.

L’un des avantages les plus intéressants d’appartenir et de travailler dans une Aumônerie où se croisent différentes religions à l’Université de l’Alberta est le réseau incroyable qui se tisse bien au-delà de mon ministère principal d’aumônerie et d’enseignement au Collège St Joseph.

Les P. Dave Bittner, Ron Laginski et moi-même formons l’équipe de l’Aumônerie du Campus de St Joseph. Environ 2000 étudiants y suivent des cours de Théologie, Philosophie, Bible, Education religieuse et Bioéthique. L’équipe de l’Aumônerie est une présence pastorale visible sur le Campus où nous aidons à faciliter la formation de toute la personne en visant l’intégration du spirituel. Notre mandat est de former des étudiants pour devenirs des animateurs spécialement de communauté catholique. Les étudiants participent activement à la vie liturgique du Collège et ils aident les aumôniers spécialement pour les célébrations eucharistiques, les préparations sacramentelles et pour la formation initiale chrétienne des adultes (RCIA).

Les activités comprennent l’animation de divers groupes tels que: La Justice Sociale, ‘Ignite’ CWL (un groupe de femmes) les Chevaliers de Colomb, Le Club Social de Newman, Les Etudes Bibliques, le Club du Livre de St Joseph. Toutes les retraites et activités sont conduites par des étudiants et les aumôniers du campus supervisent les chefs de groupes. L’accompagnement spirituel est aussi proposé aux étudiants.

Comme je l’ai mentionné au début, être à St Joseph m’a permis beaucoup d’activités extérieures. Ce qui me vient à l’esprit sont : faire de l’accompagnement spirituel et diriger des retraites régulièrement en dehors de St Joseph, de participer au Bureau du doctorat pour les études de Ministère au Collège St Etienne, D’être volontaire au ‘Dix mille villages’ une (organisation non lucrative de commerce juste dirigée par les Mennontites) et un projet intéressant que je dirige avec une religieuse Ursuline sur les Exercices Spirituels de St Ignace au Centre de Providence. Je n’oublie pas que je suis aussi l’économe de la Province des Amériques ce qui me permet de rendre service directement à la Société des Fidèles Compagnes de Jésus qui m’a tant donnée

Rainbow gradient divider.

 

Etre et accompagner                                                                          Afra Primadiana, fcJ

Photo of Afra. “S. Afra, vous vous habillez comme nous le faisons. Vous travaillez comme nous. Vous faites vos courses et vous souffrez du manque d’eau à la maison comme nous

Quelle différence avec nous alors? A quoi cela sert d’être religieuse ?”

Je m’appelle Afra Primadinia FCJ. Je suis Indonésienne et j’ai fait mes premiers voeux dans la Société des FCJ en 1994.

Maintenant je réside à Ende dans l’île de Flores en Indonésie où la majorité est catholique, c’est assez rare en Indonésie qui est un pays musulman.

Photo of a beach in Flores.Flores est une très belle ile dans l’archipel Indonésien. C’est un des endroits les plus pauvres. Il n’y a pas d’usine (cela veut dire qu’il n’y a pas de travail, les prix sont très élevés) les communications sont difficiles, de mauvaises routes et parfois pas de routes du tout, vous marchez pendant des heures. Dans quelques endroits l’eau est un luxe, dans notre maison nous avons l’eau courante pendant trois heures chaque jour sauf pendant la saison sèche où nous avons de l’eau une fois par semaine pendant deux heures.

Shopping at the market in Flores. Poverty in Flores.
Cependant c’est une belle île
Et les gens sont magnifiques.

 

 

Et quand je pense à ces questions au sujet des différences entre elles et moi, je pense que la différence est dans l’appel à être Fidèle Compagne de Jésus.

Afra with a young man. Afra with a group of young people.Et dans ma vie d’aujourd’hui, cela veut dire accompagner les jeunes à Ende-Flores.
Dans les partages de foi ...
Dans leur attente d’amis et d’unité ...
Dans leur voyage ...
Dans leur recherche ...
In their need ...
Avec leur joie, leur anxiété, leur enthousiasme ....

Facilitating retreats and workshops.

 

Il y a beaucoup de façons d’accompagner. Ici j’anime des jours de retraites pour les jeunes, des formations et des sessions à l’animation et au développement personnel ; des conseils, de l’accompagnement spirituel. Je travaille l’équipe pastorale pour les jeunes du diocèse de Ende. Nous ouvrons aussi notre maison communautaire et partageons nos informations( livres, musique, films) aux jeunes et à tous ceux qui viennent. Ils sont toujours les bienvenus pour prier avec nous.

Afra visiting someone who is sick.A la fin,
c’est JESUS qui fait la différence.
JESUS en moi, JESUS dans tous les gens que je rencontre,
JESUS
dans tout ce que je vois.
Je suis seulement l’instrument de Dieu.
Et ma joie est d’être capable de danser la danse de Dieu, de chanter le chant de Dieu,
d’être un instrument de l’amour de Dieu

 

Rainbow gradient divider.

 

Une compagne pour les femmes en détresse                                  Veronika Schreiner, fcJ

Photo of Veronika helping people in the Philippines organise an event.Après avoir passé 19 ans aux Philippines et avoir vécu 46 ans hors de mon pays, j’ai maintenant la grande joie d’être revenue en Allemagne. Peu importe combien d’efforts l’on fait pour s’adapter à d’autres cultures, l’on ne perd jamais son identité nationale. Quelle grâce de pouvoir m’exprimer dans ma propre langue maintenant !

Chaque pays a sa propre beauté, ses propres trésors, ses propres caractéristiques et ses propres limites et faiblesses. En ce temps de la mondialisation j’ai eu le privilège et la chance de vivre dans six pays différents et d’en visiter une vingtaine. Habitant Munich maintenant, je rencontre beaucoup de gens de cultures différentes, même dans l’ascenseur de l’immeuble de 20 étages dans lequel je vis et aussi dans mon ministère.

Je travaille avec « SOLWODI » (Solidarité avec les femmes en détresse), une organisation fondée par une religieuse allemande, Léa Ackermann, au Kenya en 1985, et qui maintenant a son quartier général en Allemagne. Les membres s’occupent de n’importe quelles femmes en détresse, mais spécialement de celles qui sont embarquées dans des trafics et finissent dans la prostitution, ou celles qui sont réfugiées ou mariées à un allemand en Allemagne. Lorsqu’elles ont des difficultés, elles peuvent s’adresser aux bureaux de SOLWODI dans différentes villes d’Allemagne et l’on cherchera à les aider suivant leurs besoins et leurs désirs.

Sr. Veronika.Je commence seulement à apprendre les lois, les organisations diverses et les différentes raisons pourquoi des femmes étrangères sont ici et pourquoi elles trouvent la vie difficile.

Ma propre expérience en étant étrangère pendant de nombreuses années m’aide à mieux comprendre la solitude, les malentendus que l’on doit vivre lorsque l’on est confronté à une nouvelle culture et une nouvelle langue. C’est une grâce pour moi d’être ici et j’espère pouvoir être une compagne pour de nombreuses femmes en détresse.

Rainbow gradient divider.

 

Le Centre d’apprentissage et de développement des FCJ à Manille        Paola Terroni, fcJ

Photos of Sr. Paola in Payatas.La coordination du Centre d’apprentissage et de développement des FCJ à Bagong Silanga à Manille aux Philippines est mon ministère. Je travaille avec des familles qui ont été relogées sur un site près de la principale montagne de détritus de Métro Manille. Il y a plus de cinq cents familles dans les environs immédiats, qui vivent toutes dans de très simples petits logements. Il y a beaucoup de chômage, et beaucoup de gens survivent en récupérant ce qu’ils peuvent sur le tas de détritus pour le vendre. D’autres font des travaux de constructions de temps en temps, ou conduisent des camionnettes ou des tricycles. Notre Centre commença avec S. Veronika Schreiner fcJ il y a cinq ans. Je travaille dans ce Centre depuis trois ans et depuis un an j’assure la coordination, S. Veronika vit maintenant en Allemagne.

J’aime mon travail avec les gens de Bagong Silanga. Malgré la grande pauvreté et la dureté de la vie, il existe un magnifique esprit de joie et d’espérance. Le Centre offre des services variés, une clinique chaque semaine, des programmes d’éducation pour les femmes, les enfants et les jeunes, une formation à l’animation, une coopérative de 200 membres, divers projets qui produisent une rémunération, des programmes pour aider les femmes à prendre confiance en elles et développer leurs dons. De plus nous avons des projets pour améliorer les logements des familles, l’installation de toilettes, la construction de réservoirs d’eau pour que la pluie puisse être récupérée et utilisée pour nettoyer et se laver. Nous essayons d’être conscientes de l’environnement, ce qui n’est pas facile tout près du tas de détritus ! Cependant nous organisons le nettoyage des rues et des rivières et essayons d’encourager les petits jardins urbains. Le Centre est un lieu très affairé d’allées et de venues toute la journée. Les célébrations sont une partie importante de la vie du Centre et sont toujours source de joie et d’amusement. Les membres du personnel sont très dévoués, trois sont des femmes du lieu et ont une connaissance locale appréciable.

L’accompagnement des gens et les encouragements à donner font parties de mon rôle principal, passer du temps avec les gens, marcher dans le quartier, écouter les histoires est une part importante de mon ministère, même si j’enseigne aussi l’anglais et fais du pain. Ensemble avec le personnel, j’essaie de coller à la réalité du quartier, les besoins des gens et leurs espoirs pour un avenir meilleur. Ensemble nous prenons les décisions au sujet des programmes que nous offrons, et au sujet de l’aide que nous pouvons apporter. De plus en plus nous encourageons les gens à s’approprier les divers programmes. Naturellement c’est important aussi d’avoir des liens avec les autres agences du quartier.

Il y a toujours plus à faire, toujours à faire face à un nouveau besoin, toujours un évènement imprévu. Quelque fois le simple poids de la souffrance humaine et du combat peut être écrasant. La résilience des gens, leur confiance en Dieu, leur soutien des uns des autres et leur esprit joyeux m’inspirent. Il y a toujours tant de rires et l’on peut avoir beaucoup de plaisir dans les choses simples. J’aime l’existentiel de ce travail que je fais, j’aime les relations journalières ordinaires avec les gens, et je suis émue de leur ouverture et de leur confiance. C’est un privilège réel pour moi de travailler avec des gens tellement chaleureux et affectueux et d’être capable, d’une façon très simple de marcher avec eux alors qu’ils essaient de construire une vie meilleure pour eux-mêmes et leurs enfants.

Rainbow gradient divider.

 

Comment mon ministère me conduit plus profondément dans le charisme FCJ
                                                                                                              Joanna Walsh, fcJ

Photo of Joanna.“Apprends-moi à devenir une fidèle compagne de Jésus”. C’est une petite prière qui m’a envahie au fur et à mesure que les années passent. Avec la confiance et l’exubérance d’une adolescente américaine de 18 ans, je suis entrée dans la Société en 1960. J’avais une idée précise comment les choses étaient supposées aller après cela. Presque tout de suite, la route a été différente de ce que j’attendais, et elle a continué à me conduire à des endroits (internes et externes) qui sont encore pour moi souvent mystérieux. Aussi après toutes ces années, la prière est encore adaptée à ma situation »Apprends-moi Je suis encore en train d’apprendre »
'Teach me. I am still learning.'

Notre Société est apostolique. Nous n’avons ni la clôture ni le règlement des moniales. Nous sommes insérées dans le concret et la particularité d’une certaine partie du monde. Immergées dans la vie d’aujourd’hui, nous comptons sur la promesse de notre tradition FCJ/Ignacienne que nous pouvons trouver Dieu en toutes choses. J’ai appris que le Dieu que je trouve n’est pas le Dieu de mes diverses fausses images. C’est un Dieu parfois exigent, parfois plein d’humour, parfois énigmatique, et souvent surprenant. Le voyage est un voyage transformant, mais ce que sera le résultat final ne peut se deviner. Comment vivrais- je le compagnonnage fidèle avec Jésus, dans l’unicité de ma vie ? Ceci n’est pas encore vraiment clair. ‘Faire confiance à la méthode » a été pour moi un bon conseil.

Actuellement je vis à Durham en Caroline du Nord USA. La vie et mon ministère ici m’enseignent les divers aspects de notre charisme FCJ Par exemple il y a Jésus. Dans cette région des USA où les Baptistes dominent il y a un sens vivant de l’engagement avec Jésus ‘Avez-vous une relation personnelle avec Jésus ?’ n’est pas une question inhabituelle. Le baptême est un choix fait par quelqu’un qui ‘accepte Jésus dans sa vie’ et qui est ouvert au salut. Vivre dans cet environnement m’oblige à me poser cette question : « Joanna, qui est ce fidèle compagnon, Jésus, pour vous ? » 

L’un de mes ministères est la formation spirituelle à Duke Divinity School. Chaque semaine je rencontre les séminaristes de première année (la plupart sont protestants) pour les aider à explorer leur sens de l’appel, à apprendre davantage au sujet de la prière et des ‘disciplines spirituelles’ et les aider à se soutenir les uns les autres pendant cette première année. Depuis neuf ans j’ai entendu beaucoup d’histoires différentes au sujet de l’appel, et j’ai raconté ma propre histoire à chaque nouveau groupe. Grâce aux lumières de ces étudiants j’ai reçu de nouvelles lumières sur ma propre histoire vocationnelle. Par exemple, quelques étudiants racontent comment ils ont résisté à l’appel pendant des années, se sentant incapables d’être pasteur. Je me souviens comment je continue à résister de différentes façons à l’Esprit qui dirige ma transformation. Encore et encore ces petits groupes m’encouragent à être fidèle à mon propre appel.

Cette année une consoeur FCJ (Mary Leahy fcJ) et moi-même offrons un nouveau programme pour former des laïcs au ministère d’accompagnement spirituel. Alors que nous explorons avec ces 12 hommes et femmes ce que cela veut dire de vraiment écouter notre propre expérience de vie et celle d’une autre personne et d’y trouver Dieu, je revois cet aspect de notre charisme : le discernement. Où est Dieu dans la singularité de mon expérience de vie actuelle ? Comment est-ce que je distingue dans les ‘motions ‘ en moi, l’appel de l’Esprit ? Je suis consciente de la valeur d’avoir une communauté de personnes pour m’aider à discerner.

Finalement, pour moi, l’aspect du compagnonnage de la spiritualité FCJ a toujours été attrayant. Peut-être est-ce pour cela que je suis attirée par l’accompagnement spirituel, qui me permet d’accompagner un autre sur son chemin de foi. Je suis étonnée du nombre de fois où j’ai ‘entendu’ une invitation de Dieu pour moi dans l’histoire d’une personne que j’accompagne. Il y a des personnes que j’accompagne depuis des années, et je peux voir la valeur de la fidélité dans la relation. Aujourd’hui, une personne accompagnée depuis longtemps, rappelait son divorce et vint à un nouveau ‘ carrefour’ en chemin vers l’ordination. Qu’a-t-elle besoin d’abandonner pour être fidèle à Dieu aujourd’hui ?

Le charisme, l’appel est profond et mystérieux. Ce n’est pas quelque chose que l’on attrape et garde. Le besoin de la prière résonne vrai encore en moi : «Apprends-moi, O Dieu, à devenir une fidèle compagne de Jésus».

Photos of Joanna fcJ in mission.

Rainbow gradient divider.

Soyez dignes de votre beau nom par un grand amour pour Jésus,
        un amour qui se montre non par des paroles ou des désirs stériles,
                 mais par le courage dans son service .     (Marie Madeleine)