Section title text:  Our Spirit.

Paris, France—Une implantation exceptionnelle

Une naissance dans une période trouble et incertaine ...

En 1847 le climat politique et social de la France était tout sauf favorable aux congrégations religieuses. Malgré un décret interdisant l’établissement d’autres communautés religieuses, Monseigneur Affre, Archevêque de Paris, ami de Marie Madeleine et soutien des Fidèles Compagnes de Jésus, accueillit cordialement les FCJ dans son diocèse.

Ce n’était pas sous l’effet d’une impulsion soudaine que Marie Madeleine se dirigea vers Paris. Depuis quelque temps, elle avait pensé à cette idée. Une maison dans la capitale donnerait des occasions de travailler avec les pauvres, ce serait un pied à terre pour elle-même et ses religieuses lors de leurs voyages fréquents, et serait un centre administratif plus pratique pour la Société. De plus il pourrait devenir son lieu de résidence lorsqu’elle ne visite pas les maisons.

C’était en janvier 1848 lorsque Marie Madeleine acheta la propriété de Paris, la tension politique était alors à son comble. L’agitation pendant quelques mois culmina en une révolution ce même été. Il y eu des bagarres violentes dans les rues, beaucoup de morts et beaucoup de peine. En juillet Mgr Affre fut tué lors d’une tentative héroïque pour porter la paix sur les barricades. Marie Madeleine écrit « De temps en temps, lorsque le besoin est le plus grand, Dieu nous donne un protecteur, puis il le retire, nous laissant encore sans soutien humain. Monseigneur Affre était notre seul soutien à Paris.»

Sketch of the house in Paris.Pendant les mois qui suivirent la révolution de juillet, Marie Madeleine resta à Paris pour prendre soin des enfants dans le plus grand besoin, elle les lava, les habilla et les nourrit. A celles qui lui disaient de se ménager à cause de son âge et de sa pauvre santé, elle répondit catégoriquement : Nous devons travailler non pas comme des dames qui passent leur temps mais comme des pauvres le font pour gagner leur vie. Ayant vécu la vie d’une dame, elle savait apprécier la différence !

Pendant toute la période de troubles politiques les Religieuses travaillèrent pour les pauvres du quartier. Eventuellement un Pensionnat fut institué ainsi qu’un centre administratif et un noviciat. La maison devint la résidence de Marie Madeleine et elle y habita entre ses visites aux autres maisons de France, d’Italie, de Suisse d’Irlande et d’Angleterre.

The Paris house was born amidst great political unrest and uncertainty, and Marie Madeleine always encouraged her sisters to have a special regard for this house.  It was here that she died on April 5th 1858.

Jusqu’à ce jour, la chambre où elle est morte est réservée comme lieu de prière et de pèlerinage à côté de sa chambre se trouve un petit musée contenant des objets importants pour son souvenir.

Rainbow gradient divider.

Voici quelques photos de la chambre de Marie Madeleine, le lieu de sa naissance au ciel!

Photos of Marie Madeleine's room.

More Photos of her room.

En voyageant de Châteauroux à Bourges, normalement, (mais pas obligatoirement !) vous entrez dans la ville par le pont d’Auron et c’est de ce pont que « Notre Dame du Pont » la statue préservée qui est dans la chambre de Marie Madeleine à Paris (et que l’on voit en bas à droite), a été ainsi nommée. Avant la Révolution, elle était dans une niche de ce pont. M.de Bengy la récupéra et la sauva du désastre, il la donna  plus tard à Mère Legrand vers 1827-28 et elle fut gardée à Châteauroux. En 1830-31 Mère de Courville vit cette statue pleurer à Châteauroux. Depuis ce temps la statue est allée de Châteauroux à Turin puis à Carouge et finalement à Paris en 1850.

 

Photos  montrant des objets artistiques de notre musée à Paris

 

Demandons à notre Seigneur de nous donner l’esprit de la Société de Jésus,
       et puisque nous avons ses Constitutions, la volonté de Dieu
                est que nous ayons aussi son esprit    (Marie Madeleine)